0

Conception

L’histoireConception
Leslie et Alex Twinsden mènent une vie idéale : jobs en or, appartement en plein Manhattan, mariage fusionnel. Il leur manque en revanche un enfant et, après l’échec d’innombrables traitements, leur désir de progéniture vire à l’obsession. Dans une dernière tentative désespérée, le couple se rend en Slovénie afin d’essayer une procédure médicale très particulière. Dix ans plus tard, les jumeaux, Alice et Adam, se retrouvent chaque soir enfermés dans leur chambre, tandis que des bruits de plus en plus perturbants proviennent de celle de leurs parents. Décidés à comprendre la vraie nature de ceux qui les élèvent, les enfants ne peuvent imaginer ce qu’ils vont découvrir…

Mon avis
Voilà bien une pépite à laquelle je ne m’attendais pas du tout ! Lorsque je l’ai vu passer sur le compte Instagram de l’éditeur, il m’a intriguée. Les critiques, que je n’ai pas souhaité lire vraiment (pour ne pas gâcher une surprise éventuelle) et que je n’ai que survolées, avaient l’air d’en dire du bien. La pochette était carrément énigmatique (au point qu’il m’a fallu plusieurs jours pour y voir vraiment ce gros ventre rond et ce petit sein tout rebondi). Tous les arguments étaient alors réunis pour que je cède vite à la tentation, que je l’achète et que je l’entame dès mon arrivée à la maison. Lire la suite

Publicités
3

Mémé dans les orties

L’histoireMémé dans les orties
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant -, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.
Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

Mon avis
Comme beaucoup, je me suis lancée dans l’aventure de Mémé dans les orties, un petit roman qui figure dans le top des meilleures ventes en librairie depuis plusieurs semaines (ou même, plusieurs mois ?). Des fois, il ne faut pas plus que ce genre d’argument commercial pour que l’on jette son dévolu sur une nouvelle lecture. Mais c’est un cercle vicieux : un certain livre figure dans les meilleures ventes, donc on l’achète, entretenant ainsi son succès et assurant alors sa place dans le top. Mais finalement, Mémé dans les orties mérite-il sa troisième place sur les étagères ? Je ne pense pas… Lire la suite

1

Ten tiny breaths, tome 1 : Respire

L’histoireTen tiny breaths, tome 1 : Respire
Kacey a vingt ans. Il y a quatre années de cela, elle a vu sa vie exploser. Ses parents, sa meilleure amie et le garçon qu’elle aimait sont morts dans un accident de voiture dont elle fut la seule rescapée. Souhaitant échapper à son passé, à une tante et à un oncle peu scrupuleux, elle achète deux tickets de bus et part à l’aventure pour Miami avec Livie, sa soeur de quinze ans. Elles s’installent dans un petit immeuble et font la connaissance de leurs voisins. En particulier, la pimpante Storm et le mystérieux Trent… Nouvelle vie, nouveau job, nouveaux amis, Kacey parviendra-t-elle à chasser tous les démons qui la rongent ?

Mon avis
Je n’ai pas pour habitude de lire ce qu’on appelle maintenant la new romance qui avait été principalement lancée il y a deux ans environ par Hugo Roman mais également, et surtout, par mademoiselle E.L. James… Depuis, on croule littéralement sous les livres érotiques, toujours de plus en plus trash, toujours de plus en plus clichés et toujours de plus en plus ridicules niveau couvertures. Difficile d’y trouver un roman original qui soit un temps soit peu sensible et romantique et pas QUE cochon. Mais la saga Ten tiny breaths est ancienne et le premier tome sorti en 2015 se distinguait alors en rayon et savait faire autre chose que les cinquante nuances de c#l. Lire la suite

3

Souviens-toi Rose…

L’histoireSouviens-toi Rose...
A huit ans, Rose a dû laisser la France derrière elle pour suivre son oncle à New-York, après le décès accidentel de ses parents.
Mais à 26 ans, alors qu’elle n’a plus aucun souvenir de son enfance, son passé ressurgit brutalement lorsqu’elle hérite de la demeure familiale.
Tandis qu’elle prend possession de la maison, Rose va peu à peu découvrir que son oncle lui a menti sur les raisons de son départ précipité.
Et si elle n’avait pas été enlevée à son environnement par hasard ?
Alex, son ami d’enfance – qui ne la laisse pas indifférente – pourra-t-il l’aider à découvrir la vérité ?
Quel dangereux secret Rose a-t-elle enfoui au plus profond de sa mémoire et qui peuple ses nuits de cauchemars ?
Le meurtre d’un homme dans sa maison ne laisse plus le choix à Rose.
Elle doit découvrir la vérité.
Et se souvenir… quitte à sombrer dans la folie…

Mon avis
Hé bien hé bien… Que dire ? Par où commencer ? J’aime énormément détester des livres car ils nous donnent toujours plus de passion à écrire la critique qu’on en fait. Souviens-toi Rose… fait partie de ces livres-là. Ne vous y méprenez pas ; je n’aime pas lyncher un auteur, du moins, je n’y prends pas plaisir, même si les mots que j’emploie peuvent donner l’impression du contraire. Un auteur se respecte car même si on n’a pas aimé son livre, il y a beaucoup de travail derrière celui-ci malgré tout. C’est alors, avec un tout petit pincement au coeur quand même, que je rédige ici une troisième critique assassine. Souviens-toi Rose… ne m’a pas plu du tout du tout. Lire la suite

1

La délicatesse

L’histoireLa délicatesse
« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
– Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, répondit Nathalie.
Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

Mon avis
Je ne peux faire qu’une éloge de La délicatesse… J’ai littéralement été envoûtée par ma lecture, délicieuse et délicate. Un grand moment de douceur, fort en émotions, dont je ne voulais pas voir la fin, tout simplement. Lire la suite

1

Virus L.I.V.3 ou la mort des livres

L’histoireVirus L.I.V.3 ou la mort des livres
A la fin du XXIème siècle, un virus tue les livres et se propage : les pages deviennent blanches lorsque vous les avez lues.

Mon avis

A cet instant précis, les devantures des librairies s’éteignirent. Aux fenêtres des immeubles, les clartés faiblirent, indiquant que chacun rejoignait sa chambre ou le salon. Je devinai que venait de retentir la sirène quotidienne de L’Heure du Livre. Depuis le milieu du XXIème siècle, l’Europe entière se conformait à cette coutume. Elle datait de l’époque où avait été dénoncée l’utilisation abusive des images en général et des écrans en particulier. Depuis, la lecture occupait la majeure partie du temps libre de presque toute la population.

Je ne sais pas bien lire la science-fiction. Souvent, les univers sont certes très imaginatifs mais parfois trop décalés pour se les imaginer aisément et alors, s’y sentir bien. Quoi de mieux que de lire alors un roman d’anticipation et de science-fiction trouvé dans le rayon dédié à la littérature pour adolescents. Mais ne vous y méprenez pas ; malgré le public auquel il s’adresse, Virus L.I.V.3 ou la mort des livres est profond et très intelligent. Lire la suite

2

Warm bodies

L’histoireWarm bodies
R est un zombie qui tombe amoureux de Julie, une humaine.

Mon avis

Je suis mort, mais ce n’est pas si mal. J’ai appris à vivre avec. Ne m’en veuillez pas si je ne m’étends pas sur les présentations, c’est simplement que je n’ai plus de nom. Comme la plupart d’entre nous. Nous le perdons aussi facilement que des clés de voiture, nous l’oublions comme une date d’anniversaire. Le mien commençait peut-être par la lettre « R », mais je n’en sais pas plus. C’est drôle parce que, quand j’étais vivant, je n’avais déjà pas la mémoire des noms. Mon ami M trouve qu’être un zombie ne manque pas d’ironie : tout paraît amusant, mais impossible de sourire, parce que nous n’avons plus de lèvres (elles ont fini par se décomposer).

Warm bodies a été une énorme surprise ! Je ne sais pas vraiment pourquoi je me suis lancée dans la lecture de ce roman mais il m’a valu, une fois de plus, les moqueries d’un collègue. Effectivement, je ne lis pratiquement que de la littérature pour adolescents et jeunes adultes mais hé, je kiffe ! Alors « pouet pouet canard » ! Mais voilà, un jour donc, j’ai reçu Warm bodies et il ne m’a pas fallu longtemps pour le dévorer. En parlant de manger, c’est R le narrateur, mais R est un zombie qui se nourrit de bras, de jambes, de troncs et de cerveaux humains. Lire la suite