★ ★ ★ ☆ ☆

Vous n’aurez pas ma haine

L’histoire
Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre 2015, assassinée au Bataclan. Accablé par la perte, il n’a qu’une arme : sa plume. À l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre « Vous n’aurez pas ma haine », publiée au lendemain des attentats, il nous raconte ici comment, malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre. Un témoignage bouleversant.
Ancien chroniqueur culturel à France Info et France Bleu, Antoine Leiris est journaliste. « Vous n’aurez pas ma haine » est son premier livre.

Mon avis
Voici une chronique délicate, très délicate. En effet, Vous n’aurez pas ma haine est entre la nouvelle, la biographie et l’exutoire. L’auteur l’a rédigé après la mort de sa femme, tuée lors des attentats du Bataclan. Comment alors rédiger la critique d’une oeuvre aussi personnelle ? Quels mots choisir pour donner notre impression face à la reconstruction du veuf ? Qu’avons nous le droit de dire d’un texte aussi honnête ? Lire la suite « Vous n’aurez pas ma haine »

Publicités
★ ★ ★ ★ ★

The air he breathes, The elements series book 1

L’histoire
Tout le monde m’avait avertie au sujet de Tristan Cole.
– Garde tes distances avec lui, me disait-on.
– Il est cruel.
– Il est froid.
– Il est bousillé.
C’est facile de juger un homme sur son passé. De regarder Tristan et de voir en lui un monstre. Mais je n’ai pas pu réagir de la sorte. J’ai reconnu la désolation qu’il portait parce qu’elle était comparable à celle qui m’habitait, et je l’ai acceptée.
Lui et moi, nous étions des coquilles vides. Nous étions tous deux à la recherche d’autre chose. De quelque chose de plus. Nous voulions tous deux recoller les morceaux éparpillés de nos passés respectifs. C’était peut être la condition pour que nous puissions finalement réapprendre à respirer.

Mon avis
Avant de le trouver sur la table dédiée à la littérature érotique qui ne cesse de grandir (bien malgré nous) dans le magasin où je travaille, The air m’avait interpellée sur les réseaux outre-Atlantique qui n’en disaient que du bien. J’ai alors décidé de dépasser les préjugés que j’ai envers ce genre de littérature et ses ferventes lectrices pour devenir l’une d’elles et me mettre à lire The air en anglais sur ma liseuse. Très très agréablement surprise, j’ai tout simplement a-do-ré. Lire la suite « The air he breathes, The elements series book 1 »