★ ★ ☆ ☆ ☆

Jules

L’histoire
A trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Il perd son rôle, son but sur terre. En plus, on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur.
Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.

Mon avis
Jules fait partie de ces petites lectures d’été feel good qui remplissent leur rôle, plus ou moins bien pour ma part… Lire la suite « Jules »

Publicités
★ ★ ★ ★ ☆

Proxima du centaure

L’histoire
« Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour, elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort. En attendant, de là où je me trouve, je kiffe à fond dès que je pense à elle. »
Tous les matins, Wilco regarde Apothéose passer sous sa fenêtre. Jusqu’à ce qu’un jour, il se penche tellement qu’il tombe.

Mon avis
Je rédige cette chronique à chaud, avec une petite larme à chaque coin des yeux. Pourtant, je savais comment ça allait se terminer, tout ça. Mais non, ça a été plus fort que moi. Lire la suite « Proxima du centaure »

★ ★ ★ ★ ☆

Au service surnaturel de sa majesté

L’histoire
Lorsqu’elle reprend conscience dans un parc de Londres, entourée de cadavres d’hommes en costume portant des gants en latex, Myfanwy Thomas ne se souvient de rien. D’après la lettre qu’elle a trouvée dans sa poche, elle savait qu’elle allait perdre la mémoire et s’est laissé tous les indices nécessaires pour découvrir qui veut l’éliminer. Elle rejoint ainsi la Checquy, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne britannique. Au sein de cette version paranormale du MI5 anglais, la jeune femme, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, devra se frayer un chemin dans un univers semé d’embûches et lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables…

Mon avis
Le bandeau rouge vif du livre disait : « Un livre génial, déjanté et ô combien intelligent ! » Ca n’a pas loupé, je me suis laissée tenter. Les quelques premières lignes m’ont complètement happée ; oui, Au service surnaturel de sa majesté est un énorme coup de coeur ! Lire la suite « Au service surnaturel de sa majesté »

★ ★ ☆ ☆ ☆

Mémé dans les orties

L’histoire
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant -, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.
Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !

Mon avis
Comme beaucoup, je me suis lancée dans l’aventure de Mémé dans les orties, un petit roman qui figure dans le top des meilleures ventes en librairie depuis plusieurs semaines (ou même, plusieurs mois ?). Des fois, il ne faut pas plus que ce genre d’argument commercial pour que l’on jette son dévolu sur une nouvelle lecture. Mais c’est un cercle vicieux : un certain livre figure dans les meilleures ventes, donc on l’achète, entretenant ainsi son succès et assurant alors sa place dans le top. Mais finalement, Mémé dans les orties mérite-il sa troisième place sur les étagères ? Je ne pense pas… Lire la suite « Mémé dans les orties »

★ ☆ ☆ ☆ ☆

En roue libre

L’histoire
A mi-chemin entre Bridget Jones et Pénélope Bagieu, un roman drôle et tendre pour décrire le chemin de croix d’une Londonienne quasi trentenaire bien décidée à « trouver sa voie ». Une réjouissante bouffée d’air frais.
A presque trente ans, Claire a décidé de donner un sens à sa vie. Etape 1 : démissionner de son poste dans la « communication créative ». Etape 2 : mettre ce temps libre à profit pour se sculpter un corps de déesse, courir les expos, raviver la flamme avec Luke, son amoureux de longue date. Etape 3 : PRO-FI-TER. Six mois plus tard, le bilan est cata : Claire erre chez elle en pyjama, se vautre dans l’autodépréciation et l’alcool, fouille les réseaux sociaux à la recherche d’indices sur l’infidélité supposée de Luke, commet une gaffe irréparable avec sa mère. Même ses amis les plus solidaires commencent à laisser filtrer un début de ras-le-bol devant son comportement d’ado paresseuse. Claire le sent : la situation lui échappe. Freud le disait : « L’amour et le travail… Le travail et l’amour, c’est tout ce qui existe. » Mais quand les deux se font la malle, que faire pour reprendre pied ? A quel saint se vouer pour trouver le secret d’une vie résussie ?

Mon avis
En roue libre raconte l’histoire d’une Bridget Jones qui fait du roman une lecture idéale pour l’été de part sa légèreté. Mais, trop de légèreté tue la légèreté… Lire la suite « En roue libre »

★ ★ ★ ★ ★

Kiss him, not me!, tome 1

L’histoire
Quand je vois deux hommes ensemble, une étincelle naît dans mes yeux et embrase tout mon être. Mon imagination s’enflamme et je brûle d’une envie irrépressible de créer de nouveaux couples. Je suis faite pour ça, c’est mon style de vie, ma raison d’être !
Je m’appelle Kae Serinuma et je suis une fujoshi ! J’adore regarder les beaux mecs ensemble et me faire des films. Un jour, choquée par la mort de mon héros d’animé préféré, j’ai rapidement perdu du poids. C’est alors que les quatre beaux gosses du lycée m’ont proposé un rancard ! Je ne vois pas ce qu’ils me trouvent, mais bon… Qu’est-ce que je vais faire maintenant que je suis populaire ?

Mon avis

Qui a décidé qu’il devait forcément y avoir une princesse aux côtés d’un prince ? […] Pourquoi n’y aurait-il pas un autre prince à ses côtés ? En quoi ce serait gênant ? Je craque !

Je ne lis plus énormément de manga, par manque de place, d’argent et de patience. J’ai gardé quelques une des séries que j’ai terminées ou que j’affectionne particulièrement. Bien qu’encore en cours de publication au Japon, Kiss him, not me! est l’une d’entre elles. Et elle méritait tout mon amour dès la première page ! Lire la suite « Kiss him, not me!, tome 1 »

★ ★ ★ ☆ ☆

Le crime du comte Neville

L’histoire
Ce qui est monstrueux n est pas nécessairement indigne.

Mon avis

Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne.

Le nouveau roman d’Amélie Nothomb met en scène une famille aristocrate qui subit la crise comme vous et moi. Le Pluvier, le domaine, sera vendu car la famille ne parvient plus à subvenir à ses besoins. Mais quand il s’agit de faire la fête lors d’une garden-party, là, on ne se serre plus la ceinture ! Lire la suite « Le crime du comte Neville »

★ ★ ★ ★ ★

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

– JEAN-PIERRE ! Tu m’a fait peur !
– Jean-Pierre ? Je pensais qu’il n’y avait que des femmes, ici !
– Qui a parlé ?
– Ca vient de chez Carla.
– C’est moi, Juliette. Je suis arrivée hier soir. C’est qui Jean-Pierre ?
– Hier soir… déjà ! s’exclame Giuseppina.
– Jean-Pierre, c’est le seul mâle de l’immeuble.
– Dommage qu’il ne change pas les fusibles.
– Il s’en fout, il voit dans le noir.
– Jean-Pierre, viens mon chéri, elles sont jalouses que tu passes tes nuits dans mon lit.
– Un chat, ça n’a jamais remplacé un homme !

L’histoire
Cinq femmes d’âges et d’univers différents cohabitent dans un immeuble parisien. Elles ne veulent plus entendre parler d’amour et ont inventé une autre manière de vivre. L’arrivée d’une nouvelle locataire va bousculer leur équilibre. Juliette est séduite par l’atmosphère chaleureuse de cette ruche, à un détail près : l’entrée est interdite aux hommes. Va-t-elle faire vaciller les certitudes de ses voisines ou renoncer, elle aussi ?
Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d’aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s’y sent bien.

Mon avis

– On n’a pas renoncé à l’amour.
– C’est très beau l’amour, le véritable amour.
– On a renoncé à l’espérance folle de le vivre.
– Aux montagnes russes.
– A la polygamie.
– A vouloir rapprocher le pôle Nord et le pôle Sud.
– Au bricolage quotidien, à recoller mille fois les morceaux.
– A perdre la raison quand on découvre que l’autre n’est pas celui qu’il faisait semblant d’être.
– A se diluer, se contorsionner, se rogner les ailes pour plaire.
– A se laisser rouler dans la farine pour une caresse, un mot doux.
– A devenir pathétique.
– A perdre tous ses neurones et rester accro à une relation toxique.
– On ne peut pas se protéger en amour.
– La seule protection, c’est l’abstinence.

On choisit parfois nos lectures sur un coup de tête, une impulsion, une couverture, un titre, un résumé… J’aime les titres qui racontent une histoire. J’aime les couvertures qui en disent beaucoup. Mais j’ai surtout choisi de passer quelques jours dans L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes parce que je pensais être comme elles, comme ces femmes. Aller, quitte à se remettre d’une désastreuse aventure, autant le faire en bonne compagnie, avec un livre qui contient des amies. Lire la suite « L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes »

★ ★ ☆ ☆ ☆

L’âge de raison

L’histoire
Le grand retour de la plus célèbre et la plus névrosée des trentenaires londoniennes. Bridget Jones et ses éternelles bonnes résolutions : perdre au moins cinq kilos, arrêter de fumer et de boire du chardonnay. Elle a enfin quitté le clan des parias de l’amour mais découvre à quel point l’important est moins de trouver l’amour, que de le garder !

Mon avis

Je crois que je vais être obligée de croire les médecins qui soutiennent que les régimes ne marchent pas, parce que votre corps pense qu’on veut le faire mourir de faim, si bien que dès vous recommencez ne serait-ce qu’à lui montrer de la nourriture, il se goinfre comme une Fergie. Maintenant, chaque matin à mon réveil, je me découvre de la graisse dans de nombreux endroits bizarres et effrayants. Je ne serais pas du tout surprise de trouver un fanon genre pâte à pizza suspendu entre mon oreille et mon épaule, ou arrondi sur le côté des genoux, oscillant légèrement dans la brise comme une oreille d’éléphant.

Mais que s’est-il passé ? Autant je me suis éclatée avec Le journal de Bridget Jones, autant je me suis ennuyée avec L’âge de raison. Celui-ci est relativement lourd et manque cruellement de la légèreté pimpante de l’opus précédent. Jadis spontanée, rusée et naturelle, Bridget est devenue un personnage sans surprise, avec un humour parfois pipi-caca qui ne lui ressemble pas et des péripéties peu convaincantes tellement elles sont surréalistes. Lire la suite « L’âge de raison »

★ ★ ★ ★ ☆

Le journal de Bridget Jones

L’histoire
« 58,5 kg (mais post-Noël), unités d’alcool : 14 (mais compte en fait pour deux à cause de soirée de nouvel an), cigarettes : 22, calories : 5 422 ». A presque trente ans, Bridget Jones consigne ses déboires amoureux dans son journal. Elle sort trop, fume trop, boit trop, compte les calories et fantasme sur son play-boy de patron. Sa hantise : finir vieille fille. Ses objectifs : perdre du poids et trouver son prince charmant. L’irrésistible confession de la célibataire la plus célèbre de la planète.

Mon avis

Oh non. Pourquoi font-ils ça ? Pourquoi ? À force de se fréquenter entre eux, peut-être que les Mariés-Fiers-de-l’Être ne savent plus comment communiquer avec les individus isolés. À moins qu’ils ne se sentent vraiment supérieurs, et qu’ils tiennent à ce qu’on se prenne pour des ratés. Ou qu’ils soient tellement obsédés par le sexe, et par le vaste monde de sensations au-delà de leurs frontières, qu’ils espèrent éprouver le grand frisson au récit détaillé de nos excitantes aventures amoureuses.

Ho la la, quelle critique faire d’un roman lu et relu à travers le monde qui a donné son style à toute une tripotée de romans chick-lit ? Pas la peine de présenter Bridget Jones. Cette trentenaire célibataire avec du sang de Gaston Lagaffe dans les veines, aussi blonde que lui est maladroit, qui ne manque pas d’humour et qui a un sens de la répartie comme personne. Lire la suite « Le journal de Bridget Jones »