Souviens-toi Rose…

L’histoireSouviens-toi Rose...
A huit ans, Rose a dû laisser la France derrière elle pour suivre son oncle à New-York, après le décès accidentel de ses parents.
Mais à 26 ans, alors qu’elle n’a plus aucun souvenir de son enfance, son passé ressurgit brutalement lorsqu’elle hérite de la demeure familiale.
Tandis qu’elle prend possession de la maison, Rose va peu à peu découvrir que son oncle lui a menti sur les raisons de son départ précipité.
Et si elle n’avait pas été enlevée à son environnement par hasard ?
Alex, son ami d’enfance – qui ne la laisse pas indifférente – pourra-t-il l’aider à découvrir la vérité ?
Quel dangereux secret Rose a-t-elle enfoui au plus profond de sa mémoire et qui peuple ses nuits de cauchemars ?
Le meurtre d’un homme dans sa maison ne laisse plus le choix à Rose.
Elle doit découvrir la vérité.
Et se souvenir… quitte à sombrer dans la folie…

Mon avis
Hé bien hé bien… Que dire ? Par où commencer ? J’aime énormément détester des livres car ils nous donnent toujours plus de passion à écrire la critique qu’on en fait. Souviens-toi Rose… fait partie de ces livres-là. Ne vous y méprenez pas ; je n’aime pas lyncher un auteur, du moins, je n’y prends pas plaisir, même si les mots que j’emploie peuvent donner l’impression du contraire. Un auteur se respecte car même si on n’a pas aimé son livre, il y a beaucoup de travail derrière celui-ci malgré tout. C’est alors, avec un tout petit pincement au coeur quand même, que je rédige ici une troisième critique assassine. Souviens-toi Rose… ne m’a pas plu du tout du tout. Avant de cocher la petite case à côté du livre et de son résumé lors de l’ouverture de l’édition Masse Critique de juin, j’ai lu grossièrement par-ci par-là quelques avis. Amazon lui avait collé un bandeau « Coup de coeur des lecteurs » ! Et les notes que lui ont attribué les lecteurs et qui parsèment la toile n’étaient pas si mauvaises. La pochette me plaisait également ; un rouge plutôt sexy qui donne envie et une ombre intrigante. Et puis, j’ai été sélectionnée ; j’ai reçu le livre dans une enveloppe à bulles déchirée qui ne contenait que l’ouvrage, sans un petit mot de l’éditeur. Mystère ? Pas envie ? Je-m’en-foutisme ? Anonymat ? Quoi qu’il en soit, c’était différent des autres livres remportés auprès de Babelio et on ne me souhaitait même pas une bonne lecture. Peut-être aurait-il fallu le faire ? Ensuite, l’ouvrage en lui-même. Un format dur, des pages trop blanches, un gros code-barres qui entache la quatrième de couverture, aucun logo de maison d’édition, une drôle d’odeur… Tout laisse penser que Souviens-toi Rose… est auto-édité. Je ne dis pas que l’auto-édition annonce forcément de la médiocrité ! Je ne doute pas qu’il existe quelques petites perles dans les histoires à côté desquelles sont passés les plus grands éditeurs. Mais ici, le roman laisse un arrière goût d’amateurisme amer et indigeste. La mise en page a été le premier obstacle à mon plaisir de lecture. Beaucoup de retours à la ligne qui, certes, accélèrent la lecture qu’on fait du livre mais qui saccadent le rythme et cassent l’enthousiasme et l’élan du lecteur. Certaines lignes sont d’ailleurs en italique. Les paragraphes sortent tout droit du journal intime de l’héroïne et quelques phrases de ses pensées. Mais l’utilisation de l’italique est parfois abusive et on s’interroge sur sa présence ; que faut-il comprendre lorsqu’il est utilisé à certains moments ? Dans ces lignes, il y a… des fautes. Hé si. Et s’il y a bien une chose qui m’agace au plus haut point lorsque je lis, ce sont les fautes d’orthographe, de syntaxe ou de grammaire. Nous ne sommes jamais irréprochables ; mais un correcteur d’orthographe, si ! Et ici, une relecture pointilleuse n’aurait pas été de trop. Mais je ne vais pas aller plus loin dans la mise en page car finalement, ce n’est pas le plus important dans une critique, même si la mise en page joue énormément sur mon plaisir de lecture. Parlons de l’histoire… Une histoire qui manque… de tout. De tout pour nous captiver, nous bluffer, nous faire tourner les pages ; nous faire réagir tout simplement. Les personnages sont bien trop lisses pour que le lecteur s’attache à eux. Il n’y a pas de trait de personnalité chez eux qui les ferait sortir du lot, qui ferait qu’on les aime, qu’on a envie d’aller plus loin dans l’histoire en leur compagnie. Rose est banale et elle est entourée de personnages banales. La banalité est bien le point noire de Souviens-toi Rose… Je n’ai pas réussi à trouver dans le roman LA bonne raison de vouloir lire toutes les pages de haut en bas sans sauter quelques lignes, quelques paragraphes ou quelques chapitres entiers. Souviens-toi Rose… c’est finalement un thriller qui fait « pschitt », de l’érotisme qui ne titille pas forcément, du fantastique qui ne fait pas frissonner… Le suspens n’est pas assez efficace et le romantisme pas assez fort pour encourager le lecteur à poursuivre le roman avec envie et enthousiasme. Ils insufflent même de la lassitude chez lui. L’auteur avait sans aucun doute de bonnes idées qu’elle n’a pas su, je pense, mettre en forme afin de fournir plus de matière pour remplir correctement trois-cents et quelques pages. Finalement, ma lecture m’a tellement laissée de marbre que je n’ai relevé aucune citation à ajouter à ma critique.

Ma note
J’accorde ★ ☆ ☆ ☆ ☆ à Souviens-toi Rose... Le roman a beaucoup d’un Harlequin raté. Une mise en page désagréable, des coquilles qui rebutent, des personnages banals, des situations qui n’ont aucun effet, une écriture peu naturelle… Souviens-toi Rose… est un nouvel échec de lecture dans ma bibliothèque.

A savoir
J’ai lu Souviens-toi Rose… dans le cadre de l’édition Masse Critique organisée par Babelio en juin 2017. Merci à Babelio et à cet éditeur inconnu d’avoir mis sur mon chemin de lectrice un roman que j’ai adoré détester, si je peux me permettre. Je n’ai jamais ressenti autant d’insensibilité (si tant est que l’on puisse dire ça !) lors d’une lecture et celle-ci restera mémorable. Et c’est ce que j’apprécie. Il y a des livres que l’on oublie vite ; Souviens-toi Rose… est tout le contraire !

gif
Infos
Titre français : Souviens-toi Rose…
Auteur : Isabelle Rozenn-Mari
Date de sortie originale : 2015
Editeur français : ?
Nombre de pages : 362
ISBN : 9782955322802
Lu en français.

Publicités

3 réflexions sur “Souviens-toi Rose…

  1. Bon, je ne pense pas que c’est un roman que j’ai envie de découvrir au vu de ta chronique …
    En parlant de la masse critique Babelio, il ne m’est arrivé qu’une fois de recevoir un roman avec un mot de l’éditeur dedans, c’était l’édition Scrineo d’ailleurs … Pour les autres rien du tout … je trouve ça dommage, ça fait tellement plaisir juste quelques mots …

  2. Pingback: Les lectures du mois : juin 2017. | Lire, c'est boire et manger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s