Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli

L’histoirePhaenix, tome 1 : Les cendres de l'oubli
Anaïa s’installe dans le sud de la France avec ses parents et entame ses cours à la fac. Elle y fait la rencontre de Eidan et Enry. Des mystères semblent alors se dessiner dans sa vie.

Mon avis
A mon plus grand regret, j’ai lu la quatrième de couverture de Les cendres de l’oubli avant de le ramener à la maison. Après avoir lu Le feu secret co-écrit par Carina Rozenfeld, après avoir mis dans ma PAL une autre de ses séries courtes, je voulais continuer mes aventures au pays merveilleux du livre avec la lecture d’un autre roman de l’auteure. Le feu secret ne m’avait pas emballée au maximum et avec Les cendres de l’oubli, j’avais peur de tomber alors sur une romance téléphonée cucu destinée aux lecteurs deux ou trois fois plus jeunes que moi. C’est ainsi que mes doutes m’ont conduit à lire le résumé du premier tome de la duologie Phaenix ; mais malheureusement, il n’a plus quitté mon esprit.

J’hésitais entre fondre en larmes ou me mettre à rire nerveusement. Tout cela ressemblait à une vaste plaisanterie de mauvais goût, à un cauchemar. Et encore, je préférais mes cauchemars à cette réalité improbable, à ce prétendu destin qui transformait ma petite existence confortable, joyeuse, en un terrain miné, cerné de sables mouvants.

Tout commençait merveilleusement bien dans ce prologue emprunt de mystère, de tristesse, de sensibilité et de beauté. L’histoire d’un homme tourmenté par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, celle qui est partie, qu’il n’entendait plus dans sa tête. Celle qu’il finit par retrouver morte au pied d’une falaise alors qu’il s’était envolé vers sa voix qu’il percevait à nouveau. Mais où se prologue se place-t-il donc dans l’histoire ? Qu’est-il arrivé à cette fille ? Qui est cet homme qui plonge et disparait dans la mer ? Le prologue promettait une histoire excitante, belle et forte à la fois. Anaïa pointe ensuite le bout de son nez ; c’est un personnage qui se pose beaucoup de questions sur les mystères qui l’entourent et qui pèsent toujours un peu plus lourds sur sa vie au fil des pages. Mais ces questions, j’aurais alors aimé me les poser en même temps qu’elle ; j’aurais aimé profiter un peu plus de ma lecture ; j’aurais aimé kiffer un peu plus. Malheureusement, les mots de la quatrième de couverture se reflétaient toujours au coin de chaque page, entre les lignes. Ma lecture n’a jamais été bien surprenante. Celui qui a lu le résumé du livre sur internet ou en librairie connait alors plus ou moins l’identité de la jeune fille et ainsi, l’identité des personnages qui l’entourent et tout particulièrement, Eidan et Enry. Comme le yin et le yang, tout oppose ces deux garçons qui sont, quelque part, liés l’un à l’autre malgré tout et indubitablement à Anaïa. L’un est plutôt bad boy, cool, ténébreux. L’autre a des airs de Thor, une gueule d’ange et des yeux bleus envoûtants. Un triangle amoureux apparait en filigrane mais Anaïa reste indécise, voire même carrément aveugle. Quant au lecteur, il ne parvient jamais bien à accrocher à la personnalité de Enry alors que celle de Eidan ne prend jamais complètement car il va lui manquer quelque chose. Mais c’est ce dernier que j’ai malgré tout préféré. Lors des dernières pages, l’un des prétendants passe à l’action et nous surprend car nous ne l’attendions pas. Mais cette surprise est bien trop petite par rapport à l’épaisseur du livre et aux nombres de pages à la saveur un peu fade lues précédemment. La surprise ne prend finalement pas car Anaïa ne choisit pas. Passive, froide et complètement désintéressée, les baisers qu’elle échange presque malgré elle avec celui qui endosse soudainement le rôle de tout premier petit copain sont alors dérangeants. S’ensuit une fin quelque peu précipitée qui correspond complètement aux idées que nous avait lancées la quatrième de couverture quelques jours plus tôt.

Il avait relié mes grains de beauté entre eux par un trait de marqueur. Et le dessin formé représentait une sorte de symbole : « æ ».

Les cendres de l’oubli a été tout de même agréable à lire notamment grâce à la personnalité de l’héroïne qui n’est pas aussi banale que celle des filles que l’on rencontre à la première personne dans ce genre de roman. L’univers musical de l’histoire est tout aussi plaisant, à travers le violoncelle de Anaïa, le groupe dans lequel elle est invitée par Eidan et la playlist que l’auteure a intelligemment construite autour de son histoire et mise en ligne sur Deezer notamment. L’auteure a visiblement également fait des recherches poussées sur le théâtre car Anaïa et ses camarades de classe suivent des cours de théâtre plus vrais que nature qui viennent donner un peu de fraîcheur sympa et parfois rigolote dans la vie des personnages principaux et dans la lecture. Ils renforceront également le mystère qui plane sur la nature de la jeune fille, ses souvenirs disparus et la relation qu’elle entretient avec Eidan et Enry mais sans pour autant les rendre plus forts et indéchiffrables pour le lecteur qui voit tout venir malgré tout. Notons finalement que bien qu’il comporte des défauts et une prévisibilité plus que handicapante, le roman nous tient habilement en haleine et on le dévore avec appétit.

Ma note
J’accorde ★ ★ ☆ ☆ ☆ à Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli. Surtout, ne faites pas comme moi ; ne lisez pas la quatrième de couverture ! Ce premier tome se veut complètement mystérieux mais en vain. Bien que l’héroïne soit plutôt agréable à lire, jamais elle ne rendra le roman plus fort et meilleur. La plus grosse surprise tient dans les dernières pages mais le résumé au dos du livre empêche alors le lecteur d’être étonné et le roman d’atteindre son objectif.

gif
Infos
Titre original : Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli
Auteur : Carina Rozenfeld
Date de sortie originale : 2012
Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 450
ISBN : 9782221126974
Lu en français.

Publicités

Une réflexion sur “Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli

  1. Pingback: Les lectures du mois : juillet 2016. | Lire, c'est boire et manger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s