Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige

L’histoireSous la même étoile
Hannah et sa famille quitte la France pour se rendre à Wick en Ecosse car sa grand-mère a besoin d’eux. Elle croisera sur son chemin, dès son arrivée à l’aéroport, un certain Leigh Sutherland aussi mystérieux qu’envoûtant.

Mon avis
Est-ce que je peux me permettre d’être sans pitié sans pour autant passer pour une lectrice frustrée ou une méchante fille ? Car ce premier tome de la saga française Les étoiles de Noss Head ne m’a vraiment pas plu du tout. J’y suis arrivée au bout, tant bien que mal, en le reposant et en le laissant là où je l’avais mis plusieurs fois et en y revenant malgré tout. Finalement, étant donné qu’il contient beaucoup de dialogues, j’ai pu le lire, à mon grand étonnement, bien plus rapidement que prévu. Bon, par où commencer ? Par ce tout petit texte en guise de prologue, sur la première page, qui vient tout gâcher déjà. Quelques lignes, une fille dans les vapes, une métamorphose de deux hommes devant elle qui se battent pour elle. J’ai tout de suite pensé à la scène de Twilight, dans la salle de danse, lorsque, poursuivie, Bella se voit attaquée par un vilain vampire qui l’a piégée. Et son petit ami tout aussi vampire mais vachement plus sympa vient lui porter secours alors qu’elle est presque inconsciente, qu’elle souffre le martyre sous le venin du méchant vampire qui se bat contre Edward ; deux vampires se battent pour elle (mais pas pour les mêmes raisons, je vous l’accorde). A vrai dire, j’imaginais presque que ce passage citait la saga Twilight mais finalement, il est réapparu bien plus loin dans ce premier tome que j’ai lu parfois en ayant la tête ailleurs. En tout cas, ce petit texte en disait déjà bien trop sur l’intrigue et l’identité des personnages. Jamais alors je ne me suis posée de véritables questions lors de ma lecture. Dès sa rencontre avec Leigh, on sait à qui Hannah va avoir affaire. Il en est de même avec le Galbro dès lors qu’il pointe le bout de son nez ; on sait la tournure que prendront les choses rapidement. Tout était déjà malheureusement téléphoné.

Je les distinguais à peine dans la nuit et sous la pluie battante, mais je savais que ce qui allait suivre serait d’une violence inouïe. Ils se tenaient debout, face à face, prêts à s’affronter. Pour moi.
Dans un dernier effort, je parvins à me redresser et à m’adosser contre le mur.
Je ne les quittais pas des yeux et retenais ma respiration. Quelque chose était en train de se passer.
La pression dans mes poumons. Le bourdonnement dans mes oreilles. Les picotements dans mes yeux. Tout mon corps était secoué de tremblements. Je ne voyais plus rien, n’entendais plus rien. Je m’enlisais dans des abîmes sombres et sans fin.
Avant de m’effondrer sur le sol froid et humide, dans un état de semi-conscience, j’eus le temps de comprendre ce qui m’arrivait, et pourquoi.
Il se métamorphosait.
Maintenant.

Notre très chère Hannah a rapidement des allures de Bella, une jeune fille naturelle presque banale, qui se retrouve dans une ville un peu paumée loin de ses amis, une ville qui a l’air un peu grise et aux premiers abords, pas forcément excitante. Et puis Hannah rencontre Leigh. Leigh la fascine autant qu’Edward le fait avec Bella. Il est complètement mystérieux et doté d’une présence et un regard étranges. Hannah et Leigh, au bout de presque deux cents pages, finissent enfin par tomber amoureux de façon explicite, c’est-à-dire qu’ils parviennent à mettre des mots sur les sentiments qui se sont dessinés jusque là mais qu’on a vu venir gros comme une maison. L’imprévisibilité est un des problèmes majeurs de ce premier tome. Pour résumer rapidement, Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige contient quatre révélations : Leigh, l’histoire d’amour entre lui et Hannah, un certain secret que dévoile presque à la fin la grand-mère de la jeune fille et l’identité de Phillip. Quatre révélations seulement qui tiennent dans presque quatre-cent pages. Et ces quatre révélations sont complètement prévisibles et manquent cruellement d’originalité. C’est peut être alors ce qui fait qu’on les devine bien trop rapidement. Pour parler vulgairement, entre chacune de ces révélations (qui se comptent alors sur les doigts d’une main), l’auteur brasse du vent avec des dialogues longs entre les personnages qui parfois n’apportent rien et contiennent des mots qu’on n’utiliserait même pas dans la vraie vie, des ballades en nature répétitives dans, certes, de bien beaux paysages, des leçons de conduite excitantes, des pseudo-amitiés auxquelles l’auteur même n’a pas l’air de croire et des fautes de frappes, des oublis de mots, des yeux marrons qui deviennent bleus quelques pages plus loin et autres petits détails agaçants au plus haut point et bien trop nombreux qui nous font alors nous demander si cette nouvelle édition du roman venait finalement corriger quelques erreurs de l’ancienne ou alors lui en rajouter carrément des nouvelles. La mayonnaise de Les étoiles de Noss Head ne prend pas du tout car il lui manque des ingrédients de qualité qu’il aurait fallu ajouter aux bons moments dans la recette.

Ma note
J’accorde ★ ☆ ☆ ☆ ☆ à Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige. Il ne se passe malheureusement pas grand chose qui nous surprenne dans ce roman. Les rares quelques éléments qui sont censés être révélateurs m’ont tous été complètement prévisibles. Les personnages sont plats et sans charisme, les dialogues parfois longs et très peu naturels et le suspens manque cruellement à l’intrigue. Bref, ce premier tome aux allures d’un Twilight raté n’est pas du tout efficace et n’apporte rien à la littérature qui concerne les « créatures occultes », comme elles sont appelées dans le roman. Je ne suis pas sûre de laisser leur chance aux autres tomes de la saga.

gif_LesEtoiles
Infos
Titre original : Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige
Auteur : Sophie Jomain
Date de sortie originale : 2010
Date de sortie poche : 2014
Editeur français : J’ai lu
Nombre de pages : 320
ISBN : 9782290082140
Lu en français.
Exemplaire dédicacé.

Publicités

3 réflexions sur “Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige

  1. Pingback: Les lectures du mois : juin 2016. | Lire, c'est boire et manger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s