Bird box

L’histoireBird box
Si vous regardez dehors, vous mourrez.

Mon avis

Il n’y a pas plus angoissant, dans le nouveau monde, que l’instant qui sépare la décision d’ouvrir les yeux du moment de le faire.

Bird box m’a fait de l’oeil dès sa sortie en gros format. Et puis petit à petit, je l’ai oublié, perdu qu’il était dans les limbes de ma liste imaginaire de livres à lire. Finalement, il a ressurgi il y a quelques jours en format poche sur une table du rayon d’à côté. « Tu tombes bien toi, viens ici. » On ne se refuse jamais l’achat d’un poche étant donné son prix.

Comment peut-elle attendre de ses enfants qu’ils aient envie de toucher les étoiles s’ils ne peuvent même pas lever la tête pour les admirer ?

Aucun roman jusque là ne m’avait laissé une telle impression, une impression angoissante, parfois carrément flippante. Ici, on se rend compte du pouvoir qu’ont les mots sur nous. Ces lettres noires sur les pages blanches de papier recyclé qui, ensemble, nous laissent l’impression qu’il y a une présence derrière nous lorsqu’on se relève et qu’on pose notre livre pour aller boire un coup rapidement dans la salle de bain à côté. C’est bien la toute première fois de ma vie que je lis un livre angoissant. Kujo, ce chien enragé qui est censé effrayer ceux qui lisent son histoire, c’est du pipi de chien à côté de Bird box ! Bird box m’a tenue en haleine comme aucun livre ne l’avait fait jusque là. L’ambiance est noire, comme la couleur derrière le bandeau que portent les personnages dès qu’ils mettent un pied dehors, comme la couleur des pièces où ils vivent et dont ils ont couvert les fenêtres avec des couvertures. Bird box est un livre fort, incroyablement captivant, emprunt de mystère dès les toutes premières lignes du tout premier chapitre. On se pose tout un tas de questions qu’on oublie parfois lorsqu’on est emporté dans l’action vive et irrésistible et imprévisible. Bird box est incontestablement l’un des livres les plus efficaces qui existent.

Non.
C’est toi qui ajoutes les détails, s’avise-t-elle. Tu les imagines ainsi, et tu enrichis de détails un corps et une forme qui t’échappent complètement. Pour ce que tu en sais, elles pourraient ne même pas avoir de visage.
Dans son esprit, les créatures arpentent sans but les terres autrefois peuplées par les hommes. Elles vont se poster à la fenêtre d’anciennes maisons pour lancer des regards curieux à travers les vitres. Elles étudient. Examinent. Observent. Font la seule chose que Malorie n’a pas le droit de faire.
Elle regardent.

Un virus ? Les séquelles d’une guerre nucléaire ? Des démons ? Des fous à lier ? Des créatures surnaturelles ? Des extra-terrestres ?… Les questions se bousculent dans la tête du lecteur et on aimerait SAVOIR. On trépigne. On s’impatiente. On se surprend. On croit. On envisage. Bird Box aime laisser planer le mystère et le roman se lit alors à une vitesse folle. Bâtissez les théories les plus folles dans votre petite tête mais n’attendez pas qu’on vous serve la réponse sur un plateau d’argent. /!\ Car Gary, notamment, ce personnage énigmatique mais pas moins effrayant est immunisé contre ce qui tue et ce qu’il ne faut pas voir dehors. Pourquoi ? Mais pourquoi ?! L’auteur ne vous donnera jamais la réponse ! /!\

C’est maintenant que tu es censée ouvrir les yeux.
L’herbe est-elle bien verte ? De quelle couleur sont les feuilles ? De quel rouge est le sang des oiseaux qui se répand dans la rivière autour d’eux ?

Malorie, personnage principal toute en modestie et naturel de ce thriller/roman noir/épouvante/jenesaiscommentlappeler, en voit des vertes et des pas mûres. On n’en sait pas plus qu’elle. On a aussi peur qu’elle. A travers elle, on entend les sons mais on ne voit pas les couleurs. On devine des présences et on échappe à d’autres. La scène de son accouchement dans le dernier tiers du roman pousse l’action et l’angoisse à leur paroxysme et tout se termine dans un carnage auquel on ne veut pas croire. Pourquoi se trouve-t-elle sur cette barque avec Fille et Garçon au début du roman ? Où va-t-elle ? Pourquoi ne veut-elle pas du tout retirer le bandeau qui lui cache les yeux ? Le roman tisse habilement l’intrigue à travers des flashbacks, une action au présent et quelque chose entre les deux. D’ailleurs, son écriture au présent mais à la troisième personne du singulier déstabilise aux premiers abords mais l’histoire en est alors plus forte, comme plus palpable et le destin de Malorie plus proche du lecteur, plus impressionnant.

Ma note
J’accorde ★ ★ ★ ★ ☆ à Bird box. Même si ce roman m’a emballé comme jamais, même si j’ai complètement adoré frissonner et avoir peur des présences indescriptibles dans le noir, même si j’ai aimé chacun des personnages et l’intelligence du récit et de sa construction, Bird box a perdu une étoile à cause de la fin et des questions restées sans réponse. Mais sans rancune : Bird box est indubitablement l’un des meilleurs romans de cette année !

gif
Infos
Titre original : Bird box
Titre français : Bird box
Auteur : Josh Malerman
Date de sortie originale : 2014
Date de sortie française poche : 2015
Editeur français : Le livre de poche
Nombre de pages : 384
ISBN : 9782253183839
Lu en français.

Publicités

5 réflexions sur “Bird box

  1. Pingback: Les lectures du mois : avril. | Lire, c'est boire et manger.

  2. Pingback: Parenthèse n°2 : Test/tag PKJ Bilan des 6 mois | Lire, c'est boire et manger.

  3. Pingback: BookishGalsOct10 – Frissons | Lire, c'est boire et manger.

  4. Pingback: Parenthèse n°3 : Test/tag PKJ Les coups de coeur | Lire, c'est boire et manger.

  5. Pingback: Parenthèse n°5 : Test/tag PKJ Adieu 2016 | Lire, c'est boire et manger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s