★ ★ ☆ ☆ ☆

Le secret de l’inventeur, tome 1 : Rébellion

L’histoire
Monstres d’acier, magie vaudou et combat pour la liberté : découvrez la nouvelle série steampunk d’Andrea Cremer !
Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…
Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, 16 ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la luttent contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie.
Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d’amis qui l’entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats d’acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !
Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !

Mon avis
Je ne m’attendais pas du tout à ça et j’ai été déçue. L’auteur m’a mise sur une mauvaise piste. Tout commence par une scène d’action, alors que des robots gigantesques poursuivent celle qui sera l’héroïne du roman. Et on se dit : « Hou chouette, l’histoire sera rythmée, intense ! Bim boum ! Il y aura de l’action ! Des gentils et des méchants ! Une guerre ! Des bombes ! Des courses-poursuites ! Peut être même des morts ! » Bref, prometteur. Tout compte fait, Le secret de l’inventeur se révèle être tout autre. Mais finalement, Le secret de l’inventeur, c’est quoi ?  C’est une histoire qui s’éparpille un peu dans un monde steampunk qu’on aurait aimé plus visuel. En effet, le steampunk est d’abord un genre littéraire puis une esthétique peu commune, intrigante et tout aussi passionnante mais qui est encore flou et qui aurait alors nécessité, ici, dans le roman, un peu plus de description. Le lecteur aime faire marcher son imagination mais lorsque le dessin de la couverture et le résumé de la quatrième annoncent un univers steampunk, le lecteur aime toutefois être un peu plus guidé dans l’image qu’il se fait du monde dans lequel évolue les personnages. Les personnages, parlons d’eux ! Charlotte est l’ado personnage principal de cette histoire qui porte toujours de jolies tenues, qui a des amis très soudés, qui se retrouve à aller dans la grande ville avec eux pour y comploter quelque chose, et qui tombe amoureuse de Jack. Culotté, forte et courageuse, elle possède tout ce qu’il faut d’une héroïne exemplaire. Grave est, avec elle, le premier personnage que l’on rencontre dans le roman ; son secret en étonnera plus d’un (mais personnellement, je l’ai déjà oublié). Et puis le grand frère un peu trop protecteur, l’inventeur un peu fou, la copine complice sur qui compter… Chaque personnage est là et bien à sa place pour que le récit soit, certes, équilibré, mais pas non plus très original. L’univers lui, l’est, et on peut le souligner.

Harassée, incapable de faire plus que ce petit brin de toilette, Charlotte défit les lacets du bustier qui plaquait contre son torse son corsage sans manches et entreprit de se libérer de sa prison de baleines et de cuir.
Ses doigts luttaient toujours avec les cordons quand elle retourna à sa garde-robe pour ouvrir le large tiroir où reposaient ses corsets. Elle effleura au passage les cuirs aux textures variée, certains fins, d’autres travaillés dans leur épaisseur, dont les teintes allaient du fauve au noir d’obsidienne. Son trésor le plus précieux, des pièces de vêtement héritées, pour certaines, de sa mère.

Ma note
J’accorde ★ ★ ☆ ☆ ☆ à Le secret de l’inventeur. La déception que j’éprouve à la lecture d’un roman n’épargne jamais le nombre d’étoiles que je lui attribue. Je m’attendais à tout autre chose mais finalement, Le secret de l’inventeur n’est ni une histoire d’amour, ni un roman d’aventure. Il est les deux à la fois sans jamais clairement définir le genre auquel il appartient, ce qui est relativement destabilisant. Je voulais de l’action, beaucoup d’action ! Mais l’originalité du roman n’est pas à la hauteur de son univers steampunk peu commun et habituellement envoûtant. L’auteur a laissé filer son propre roman entre ses doigts.

Le secret de l'inventeur, tome 1 : Rébellion
ISBN : 9782371020290
Lu en français.

Publicités

Un commentaire sur “Le secret de l’inventeur, tome 1 : Rébellion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s