La malédiction Grimm

L’histoireLa malédiction Grimm
A la suite d’un devoir réalisé sur les frères Grimm et leurs contes, Elizabeth se voit embauchée dans une drôle de bibliothèque, le dépôt d’objets empruntables, où elle travaille plusieurs fois par semaine après ses cours au lycée.

Mon avis
Ma critique sera aussi brève que mon plaisir était petit lors de la lecture que j’ai faite de La malédiction Grimm. Je me suis faite avoir comme une bleue par la couverture carrément envoûtante ; une oeuvre d’art qui promet une histoire aussi captivante qu’elle. Mais ma déception a été grande.

Pas un seul livre à l’horizon. Uniquement des objets. Mais surtout, un mystère plane au sujet d’une collection située au sous-sol et dont personne n’accepte de lui parler : la Collection Grimm.

Les personnages sont bien trop lisses, presque inconsistants. On aurait aimé par exemple s’intéresser un peu plus à la famille de Elizabeth qui n’est pas sans rappeler celle de Cendrillon ; mais l’auteur ne nous en donne pas l’occasion. Au contraire, elle nous raconte leur destin comme tout tracé et téléphoné ; les amourettes de lycéens manquent cruellement d’originalité. Chacun de ses personnages sont comme des pions sur un échiquier représenté par la trame de son récit où ils vont et viennent, font des tours et des détours, des aller-retours… Ils ne font rien pour nous inclure avec eux dans leurs aventures et c’est bien regrettable. On regarde les choses se passer, sans trépigner, sans rire, sans s’émouvoir. C’est lent. Très lent. Mais les rebondissements ne manquent pas pour autant ! C’est juste qu’ils manquent de consistance pour nous captiver un peu plus et donner un souffle nouveau au texte qui est parfois lourd dans ses répétitions. Celui-ci est également alourdi par les références aux contes de Grimm qui sont comme de la confiture un peu trop étalée sur une tartine ; l’auteur maîtrise son sujet, ça ne fait aucun doute. Mais c’en est presque narcissique. Les contes même les moins connus servent de prétexte à beaucoup de mystères face auxquels les personnages se retrouvent parfois ainsi qu’à leurs clefs. Les objets magiques de la collection Grimm restent tout de même intrigants ; on les voit à travers les yeux de Elizabeth et ses collègues et c’est magique ! Mais tout ce qu’il se passe autour d’eux manque de matière pour profiter pleinement d’eux et des aventures des personnages.

Ma note
J’accorde ★ ☆ ☆ ☆ ☆ à La malédiction Grimm. C’est dire à quel point je suis déçue. J’ai lu le roman jusqu’à la fin malgré tout ; mais il ne faut pas me demander pourquoi. J’y ai cru, à chaque chapitre. A chaque chapitre, je mettais le roman en sursis. Même si l’histoire que m’a racontée Polly Schulman était bien partie, même si l’auteur maîtrisait son sujet, la magie n’a pas opérée chez moi à cause des personnages trop petits et du récit qui manquait de matière.

– – –
La malédiction Grimm, Polly Shulman, 2010.

Publicités

Une réflexion sur “La malédiction Grimm

  1. Pingback: Les lectures du mois : septembre. | Lire, c'est boire et manger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s